Culturel




" Une vie, une Oeuvre, pour le plaisir

   des passionnés d'Art Alsacien "                      

                               

  Monographies de Peintres Alsaciens par François Walgenwitz
francois.walgenwitz@sfr.fr


                          

Bernadette Zeller

(1930-2009)


L'âme du Sundgau


Bernadette Zeller 1Bernadette Zeller
© Atoll



    A l’instar des photos d’Alex Schwobthaler fasciné par des paysages qui lui paraissaient éternels et de celles Jean-Paul Girard, à la recherche de l’âme profonde du Sundgau, au-delà de la surface des choses, les aquarelles et les encres de couleur de Bernadette Zeller nous conduisent à travers le Sundgau, terre de tradition, reposant écrin de verdure aux paysages en sursis…Cependant, n’oublions pas sa propension à représenter les hommes et les femmes, indépendamment de leur appartenance à la province aimée. La prédilection de son expression artistique va vers ses nus épanouis, ses portraits réalistes exécutés à l’huile, au crayon, à la plume.



Bernadette Zeller 2Château d'Oberbruck - 1971 - Berceau de la famille Zeller
© Photo F. Walgenwitz

     

    Bernadette Zeller est née à Mulhouse le 10 décembre 1930. Ayant réussi le bac en 1947, elle entre à l’Ecole de Dessin de Mulhouse où elle suit le cours de M. Boehringer. En 1950 – 51, elle fréquente les ateliers de gravure de Cami et de Goerg à l’Ecole Nationale des Beaux Arts de Paris. L’année suivante, elle séjourne à Nancy pour se perfectionner dans cette discipline.



 Bernadette Zeller 3

Port-Grimaud - 1970 - Encre de Chine

Collection particulière

© Photo F. Walgenwitz


    Son mariage, en 1953, et l’éducation de ses quatre enfants, l’écartent momentanément de l’exercice de son art. (Hubert est devenu pianiste, Matthieu flûtiste à l’Orchestre Symphonique de Mulhouse, Bertrand professeur de guitare à Nouméa et Nathalie violoncelliste.) Elle reprend ses pinceaux et ses crayons, en 1970, à l’occasion d’une commande de dessins de l’architecte François Spoerry pour son programme de Port-Grimaud. Dans le cadre de cette collaboration, elle réalise des dessins et des pastels inspirés du Var, de Saint-Tropez et de Sainte-Maxime. Dès lors les expositions personnelles s’enchaînent. Le livre d’or de l’artiste, intitulé «Providentiae memor» évoque, au fil des commentaires unanimement élogieux, les plus importantes des vingt-cinq expositions parmi lesquelles il convient de distinguer celle de Port Grimaud en 1970, celles de Mulhouse, à la galerie Gangloff; à Strasbourg, Bernadette Zeller est présente chez Landwerlin et Aktuaryus…..Avec le peintre Alberto Solbach, elle monte, en 1978, une exposition itinérante: «Splendeur et misère du Sundgau» pour la défense du patrimoine rural. Mais elle expose aussi à Montpellier, à Béziers, au Mans et à Paris, au Salon des Artistes français où elle obtient le prix «Zwiller».

Elle illustre des recueils de poèmes de Robert Faerber et de Paul Stintzy ainsi que des ouvrages portant sur son cher Sundgau. Elle se fait connaître du grand public par la parution de deux albums intitulés «Le Sundgau de Bernadette Zeller», parus aux Editions du Rhin et aux Editions Gyss. Elle a d’abord vécu à Brunstatt, mais en 1977, elle quitte définitivement le décor urbain pour Hirsingue où elle a restauré une maison alsacienne dans laquelle elle a installé un atelier impeccablement tenu... C’est à Altkirch qu’elle s’est éteinte en 2009, dans sa 79ème année. Bernadette Zeller était membre de l’Académie d’Alsace.

 

Une tendresse humaniste

 

 

    La célébrité de Bernadette Zeller réside avant tout dans son émouvant inventaire de l’habitat traditionnel du Sundgau: maisons à colombage, témoins de l’héritage culturel du Sundgau. Par sa parfaite maîtrise de l’aquarelle, de la peinture à l’huile et du dessin à l’encre, elle traduit la signification, la symbolique de ces demeures jaillies du sol et de l’Histoire. Ce sont autant d’images patrimoniales qui, dans un souci de vérité, mais où domine une grande sensibilité, nous promènent dans un Sundgau en mutation, un Sundgau meurtri. Au plaisir de peindre l’authentique, restauré avec respect, se mêle la douleur de devoir stigmatiser la décrépitude et l’abandon. Comme Alberto Solbach et Marc Grodwohl, le créateur de l’Ecomusée d’Ungersheim, Bernadette Zeller s’est donné pour mission d’alerter l’opinion du risque que court le Sundgau de perdre son âme…En cela, elle est un témoin actif de son temps.

Bernadette Zeller 4
Gommersdorf - Aquarelle
© Atoll



Bernadette Zeller 5
Vieux-Ferrette - Aquarelle (détail)
© Editions Gyss




Bernadette Zeller 6
Hundsbach - Aquarelle - 1979 (détail)
© Editions Gyss





Bernadette Zeller 7
Dannemarie - Aquarelle (détail)
© Editions Gyss




Bernadette Zeller 8
Wahlbach
- Aquarelle (détail)
© F. Walgenwitz

 

    La richesse de sa vie artistique déborde largement son action militante en faveur de la sauvegarde de l’identité d’un terroir qui la conduit, dans les années 70 notamment, à sillonner les routes du Sundgau à bord de sa R4 fourgonnette rouge. Dans un art incomparable de réalisme, elle porte son attention aux Sundgauviens eux-mêmes. La tendresse humaniste, et la vigueur de son style les représentent dans leur quotidien et leur intimité: jeunes gens en costume traditionnel, violoncellistes en concert, en particulier sa fille Nathalie, paysannes appliquées à leurs tâches ménagères, cordonnier dans sa boutique, maman allaitant son nouveau-né, nymphe bucolique croquant la pomme…

    Elle décline sa technique de l’aquarelle sous ses aspects les plus séduisants. Elle se reconnaît du premier coup d’œil. Elle ne peut se confondre avec Robert Kuven ou Martine Laforce (que nous découvrirons bientôt). Sa facture est tantôt diluée, tout en nuances, associant la couleur du papier à l’harmonie de l’ensemble. Voyez «Gommersdorf». Dans «Vieux-Ferrette», elle cloisonne à l’encre  de Chine la mosaïque multicolore des éléments du paysage. Dans «Hundsbach», elle accentue les contrastes à grands renforts de taches noires et vertes qui impriment à la scène un climat lourd, lié à la gravité du message à transmettre. Pour «Dannemarie» elle emprisonne sagement les couleurs dans des contours précis, des lignes impératives, dans une ambiance apaisée, très lumineuse. Ailleurs, elle entremêle les facettes de couleurs, les brouille, estompe les contours, créant une atmosphère impressionniste du plus bel effet. Voyez «Wahlbach»

    Jamais figée, Bernadette Zeller est toujours elle-même, parfaitement reconnaissable.


Bernadette Zeller 9
Hiver à Hirsingue - Huile sur toile (détail)
© Editions Gyss



Bernadette Zeller 10
Francken - Huile sur toile (détail)
Collection particulière
© Editions Gyss



Bernadette Zeller 11
Blés et Maïs
- Huile sur toile (54 x 81 cm) - détail
© Atoll


   

    Quant à l’huile, plus rarement utilisée dans les paysages, Bernadette Zeller l’applique selon une technique lissée, reposante qui convient si bien à l’ «Hiver à Hirsingue» Pour représenter «Francken», elle procède par touches tamponnées en demi-tons subtils qui placent pignons et colombages dans une ambiance ouatée, aérée, d’une esthétique savamment recherchée. Ailleurs encore, dans un esprit de synthèse, ayant rassemblé les sensations éprouvées, elle opte pour la simplification. Ses aplats approchent une forme d’abstraction qui rappelle celle de… Muslin. Et c’est «Blés et maïs»

    Bernadette a trouvé l’équilibre difficile, mais ô combien sensible, pour le spectateur – contemplateur, entre le sujet et la recherche esthétique. De recherches en progrès, elle a atteint l’excellence.

    Ses références, qui donnent une idée juste du niveau d’exigence qu’elle s’est fixé, Michel-Ange, Dürer, Rembrandt, Manet, Picasso, Holbein qu’elle a toujours vénérés, lui sont un précieux viatique pour réussir ses nus admirablement épanouis dont la plénitude ferme et souveraine sollicite infailliblement les sens. Voyez «La Nymphe à la pomme» qui a inspiré à Jean-Georges Samacoïtz ce beau commentaire: «Fruits et femmes du Sundgau restent dans le bel imaginaire où le peintre Bernadette Zeller les place en farandole, les signes pulpeux d’une oasis à magnifier.»


Bernadette Zeller 12Nymphe à la pomme, 1992 - Huile sur toile - (73 x 100 cm) - Collection particulière
© Atoll


    

    La leçon des grands maîtres est également sensible dans ses portraits et ses personnages authentiques qui se prêtent volontiers au talent de l’artiste qui les immortalise. «Silhouettes et visages, dit encore Jean-Georges Samacoïtz, prennent soudain une présence et une densité surajoutant aux paysages le poids de la pose, le noueux d’une main, le méplat d’une joue, la fatigue d’un paysan, l’attentive application d’un cordonnier, la lointaine rêverie d’un buveur attablé et la gravité d’un bûcheron. Il y a des esquisses au crayon et de rigoureux dessins à la plume qui ont la veine de certaines études de Delacroix.»

  

    La raison d’être de l’artiste Bernadette Zeller, ce n’est donc pas seulement la maison sundgauvienne; elle en a poussé la porte pour nous faire découvrir dans son intérieur rustique, l’âme même du Sundgau.


Bibliographie:

 

- Le Sundgau de Bernadette Zeller – Préface de Raymond Oberlé, texte de Jean-Georges Samacoïtz, Poème de Marie-Madeleine Dreyfus – Editions du Rhin

- Le Sundgau de Bernadette Zeller – Texte de Bernard Jurth – Editions Jean-Pierre Gyss

- L’intensité de Bernadette Zeller – Nicolas Lehr - DNA

- Un art d’une rare tendresse – Nicolas Lehr - DNA

- Paysages du Sundgau – E.S. – L’Alsace, 1 janvier 2006

- Bernadette Zeller – Texte de B. Jurth

- Sundgau, la vie oubliée – Texte de Lucien Naegelen – Photographies d’Alex Schwobthaler – Editions du Rhin

- Sundgau, images d’un terroir – Photographies de Jean-Paul Girard – Editions du Rhin

- Crédit photographique: «ATOLL PHOTOGRAPHIE», Riedisheim. Pour les Editions du Rhin.- Avec l’aimable autorisation de Monsieur Jean-Paul ILTIS

   

Portfolio


Bernadette Zeller 13Fulleren – Lavis d'encre Sépia
© Atoll




Bernadette Zeller 14Le raccommodage, 1984 – Huile sur toile (160 x 73 cm)
© Atoll





Bernadette Zeller 15

Croquis – Encre de chine
© M. Villette




Bernadette Zeller 16

Nu – Encre
© M. Villette




Bernadette Zeller 17
Le Grand Nu, 1972 – Huile sur toile
© M. Villette




Bernadette Zeller 18

Nu agenouillé sur un tapis – Huile sur toile (61 x 50 cm)
© M. Villette




Bernadette Zeller 19 

Jeune fille au moulin, 1974 – Huile sur toile
© M. Villette




Bernadette Zeller 20

Nathalie au violoncelle, 1973 – Huile sur toile (61 x 50 cm)
© M. Villette




Bernadette Zeller 21

Violette et Jeanne II, 1992 – Huile sur toile (61 x 50 cm)
© M. Villette





Bernadette Zeller 22

Danse slave, 1976 – Aquarelle
© M. Villette






Bernadette Zeller 23
Ratatouille - Huile sur toile
© M. Villette




Bernadette Zeller 24
Jeune fille orange - gouache
© M. Villette





Bernadette Zeller 25
Paysage, Lancyre, 1973 - Huile sur toile
© M. Villette




Bernadette Zeller 26
Les Matelles, 1974 - Huile sur toile
© M. Villette




Bernadette Zeller 27
Entrées des Artistes, 1994 - Huile sur toile, collage
© M. Villette



Mention Légale: Tous droits réservés. Aucune reproduction même partielle ne peut être
faite de cette monographie sans l'autorisation de son auteur.